BANON, 46Ha menacés par deux projet de RES

1) Les mûres basses, 32 Ha

IMG_4020.JPG

Le projet piloté par RES totalise 32 ha sur des parcelles privées et communales de forêts non agricoles au lieu-dit Les Mûres Basses face au Largue.

2) Le plan14,5 Ha

Capture d’écran 2020-10-29 à 20.14.50.

L'accord a été donné sur le projet de défrichement sur 14, 5 ha par la société RES en vue de la construction d’une centrale photovoltaïque au sol à Banon sur le site dit Le Plan au pied de la Chapelle Notre Dame des Anges.

Voici un ensemble d'observations dont une partie s'est inspiré des recommandations de la MRAE (mission régionale d’autorité environnementale de la région Provence Alpes Côte d’Azur), d'autre de nos propres point de vue :

 

- Ce parc photovoltaïque, proche de la Chapelle Notre Dame des Anges,  va dénaturer ce paysage de collines et de champs caractéristique de la Haute Provence et de la Montagne de Lure en consommant des espaces forestiers, agricoles et naturels. Il y aura donc un fort impact sur la beauté des lieux et  la biodiversité. 

 

- Nous assistons à des effets cumulés sur l’artificialisation des sols, la biodiversité et le paysage car tout autour de la Montagne de Lure de nombreux parcs sont existants ou approuvés (une vingtaine)

 

- Le bilan carbone pour chacune des phases du projet (construction, exploitation, démantèlement), se rajoutera à la perte du « puits à carbone » que représente l’espace forestier actuel. 

 

- Ce projet aura aussi une forte incidence sur les enjeux touristique : vue depuis notre Dame des Anges,  vues les sentiers de randonnée, effets cumulés avec les autres projets de parcs photovoltaïques sur les paysages . La montagne de Lure est un site culturel et emblématique qui doit absolument être préservé.

 

- Ce projet aura des impacts sur les espèces animales et les zones naturelles sensibles comme la zone humide . Une pression désastreuse sur les écosystèmes et nuisances locales est à craindre pour la préservation du milieu naturel & de la biodiversité.

 

- Détruire des forêts pour un tel projet en assurant qu'en fin de vie de la centrale sera démantelé et que le nature reprendra ses droits est une ineptie car la biodiversité d'une forêt ne se reconstitue pas facilement, il lui faut des années et ce ne sera jamis la même qualité...